07 novembre 2007

Oranges confites

Oranges  (ou mandarines, citrons, pamplemousses), sirop. Oranges et citrons coupés en deux, puis en tranches d’environ 5mm d’épaisseur; mandarines en quartiers, avec ou sans le zeste; pamplemousses coupés en tranches, coupées à leur tour en triangles, les agrumes confits sont délicieux, et simples à préparer;Procédez exactement comme dans la recette des orangettes (vous pouvez réutiliser le sirop).Après cuisson, laissez-les sécher sur un linge après les avoir saupoudrés de sucre.Il est préférable de procéder à la cuisson... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2007

Orangettes

Zestes d’orange - sucre - vinaigre - chocolat - beurre Dans une casserole, portez à ébullition les zestes d’orange découpés en fines lanières, et le sirop (même poids de sucre et d’eau) additionné d’un trait de vinaigre (ou de jus de citron).Laissez refroidir jusqu’au lendemain.Faire cuire alors à feu moyen, (P.2) jusqu’à ce que les zestes deviennent translucides. Sortez les zestes du sirop, et déposez-les, sans qu’ils se touchent, sur un linge. Saupoudrez-les de sucre. Laissez-les sécher une journée. Conservez le sirop (mis en... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2007

Marmelade d'oranges

Oranges (et autres agrumes) - sucre Mettre à tremper les oranges dans l’eau pendant une douzaine d’heures.Avant de les couper en deux, les faire rouler sur une surface dure en appuyant fermement : le jus s’en extraira plus facilement. Les presser et réserver le jus.Prélever le zeste d’un tiers des fruits. Le détailler en bâtonnets (choisissez la coupe : large, médium, thin). Dans un récipient de métal, verser le jus, les zestes, et dix morceaux de sucre (n°3) par orange utilisée. Chauffer au toto en remuant souvent. La marmelade... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 11:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2007

Boisson aux agrumes

Orange ou citron ou pamplemousse - eau - sucre Aux temps caniculaires, il est difficile -sauf appel aux dispendieux sodas et sirops vendus en cantine- d’étancher sa soif en satisfaisant le goût.Voici donc une recette économique de boisson rafraîchissante. Pour un litre et demi de préparation, procédez comme suit: faites dissoudre environ 60 gr. de sucre dans un verre d'eau. Portez à ébullition (au toto) pendant 5 minutes. Laissez refroidir.Pressez une orange, ou un citron, ou un pamplemousse. Versez dans une bouteille le jus, et le... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 10:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2007

Compote de pommes

Pommes - beurre - sucre - citron Éplucher les pommes, les couper en morceaux, les passer au citron. Mettre à cuire à couvert à feu très doux, (P.1) avec une noix de beurre, une pointe de sel, et le sucre (compter 20gr. par personne). Si nécessaire, mouiller de quelques cuillers d’eau. Remuer de temps en temps.Arrêter la cuisson quand la compote atteint la nuance de couleur désirée (de blond à roux).Cuite sans sucre ajouté, la compote peut alors être servie en garniture de boudin ou de côte de porc.
Posté par campusliber à 10:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2007

Charlotte aux pommes

Pommes - beurre - pain - lait. Coupez des tranches de pain d’environ 1/4 de pouce d’épaisseur. Imbibez-les de quelques gouttes de lait. Beurrez-les généreusement sur leurs deux faces. Saupoudrez-les de sucre et faites-les sauter à feu vif, jusqu’à coloration. Réservez.Faites sauter au beurre, à feu vif, les pommes (épluchées, vidées, et détaillées en quartiers) jusqu’à caramélisation. Rehaussez d’une pincée de sel, et, si vous en avez, de poivre, et de canelle.Tapissez un moule de fortune (boîte de conserve ou bol de pyrex) avec... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2007

Les cons

Je participe à des séances de sophro-théâtre (je ne vois pas d’autre mot pour définir la chose) animées par un gentil jeune homme genre chrétien de gauche abonné à Télérama.  Il m’a avoué connaître Castaneda, mais pas Kerouac : hémiplégie culturelle significative!Chaque séance commence immanquablement  par une série d’exercices que je croyais passés de mode depuis la fin des années 70’, survivant seulement dans des coins perdus du Larzac où des nostalgiques  trotskystes se  gardent des dérives néo-bourgeoises en... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2007

Le basque

Le basque a un pied en Espagne, et l’autre en France : c’est dire la menace suspendue au-dessus des Pyrénées ! Il semble à chaque instant descendre à peine d’une jument jaune. Si j’ose cette expression tronquée, il est haut-le-pied.Il parle une langue qui fait un bruit de cailloux précipités dans un concasseur. A l’instar du cheval cher à Vialatte, cet idiome remonte à la plus haute antiquité.S’il est aussi fier que l’Espagnol, le Basque est moins cambré, mais il porte béret, et chausse l’espadrille.Quand la saison bat son plein de la... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2007

Vieille chose

Il est antiquaire et, mon Dieu, pédé. Ca arrive. Attention hein : pas pédophile ! Esthète... Ce n’est quand même pas sa faute si la beauté est jeunesse !Il a le goût grec. Au physique il affecte le genre épave : vêtements informes, éculés, tachés, fripés...Au moral il lit  “Le Figaro”, et “La Gazette”.Affublez-le d’une mantille et d’un manchon, il fera vieille dame de province.L’on dirait un vieux héron. Un retour d’Egypte mâtiné Henri II, pour rester dans l’antiquaille.Il tourne dans la cour, donnant cette impression paradoxale... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 10:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 novembre 2007

L'idiot

Son front est bas, et ses yeux sans lumière.Il parle fort, éclate parfois d’un rire brutal, envoyant aux quatre horizons ses longs bras désarticulés et qui, au repos, pendent plus bas que ses hanches.Il marche un peu voûté, semblant tirer sa peine en charroyeur.Les jours et les mois et les années, coulant sur lui comme une eau sans aval ni amont, n’ont rien déposé, ni rien enlevé : il est un terrible et permanent présent, sans conscience du passé, sans idée d’un demain.Il a pris ça et là des façons, des mots, des gestes. Tour à tour... [Lire la suite]
Posté par campusliber à 10:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]